Terra

Serveur Ultima Online Role Play Francophone.


    Race - Kheijan

    Partagez
    avatar
    Admin Supe
    Admin

    Messages : 139
    Date d'inscription : 20/11/2017
    Age : 29
    Localisation : Terra

    Race - Kheijan

    Message par Admin Supe le Mar 27 Mar - 8:28

    Description a écrit:
    Les Kheijans sont les Élus de l'Unique; Aon. On raconte même que les Kheijans sont les survivants de la colère de Derna. Il y a des milliers d’années, alors que le Dragon Terra veillait au développement de la vie sur cette planète, les Kheijans étaient à l’apogée de leur civilisation. Un peuple prospère et développé aurait poussé sa vanité trop loin et oublié la religion. Pour les punir Derna aurait massacré leur peuple, laissant quelques survivants maudits par le destin.

    Désirant conserver leur indépendance et les coutumes de leur peuple à n’importe quel prix, ils se réfugièrent dans le grand désert de Sina’Far. La rude vie qu’ils menèrent durant des siècles dans ce climat hostile révéla leur méfiance maladive et occulta leur but premier : ils oublièrent tout de leur passé, se focalisant sur leur simple survie. Les Kheijans ont une grande croyance au destin et aux prophéties. En fait, bien avant la naissance, le futur de chaque Kheijan est désigné par des signes. Signes dont il ne doit pas diverger, si il ne veut pas attirer la colère de Derna sur lui encore une fois.

    On raconte que, la malédiction que Derna aurait lancée sur eux les affecterait encore, ayant transformé leur ville en désert et suivant leurs faits et gestes. C'est un peu pour cela qu'ils retournent régulièrement à leur "camp de base", ils y ressentent une attachement mythique, un regret du passé et de temps meilleurs. Les Kheijans ont la ferme conviction que la malédiction qui pèse sur eux, s'étendra à quiconque à qui ils s'attacheront. Pour cela, ils ne demeurent jamais trop longtemps au même endroit et évitent d'établir des habitudes ou des fréquentations stables et régulières. Redoutant cette colère et ces malédictions, leurs cultes sont à leurs apogées, une croyance envers Aon et le Dieu-Soleil croyant ainsi cette que la colère les évitera de nouveau.

    Avec le temps, ils sont devenus les maîtres de la survie en terrain hostile. Habitant le désert de Sina’Far, ils ont appris à se protéger de la chaleur intense de l’impitoyable Dieu Soleil et des nuits glaciales générées par les 8 Lunes. Nomades endurcis, les Kheijans, aussi appelés, Hommes des Dunes, errent d’oasis en oasis, certes, pour la capture de chevaux sauvages, mais surtout par superstition. Société patriarcale et fermée, ils s'autosuffisent avec l'aide du commerce des chevaux sauvages et des biens rapportés par leurs dits marchants, méfiant des étrangers venant sur leur territoire.

    Politique a écrit:

    Les Kheijans sont dirigés par un Cheikh, Harakh, souvent le doyen du clan. Celui-ci est conseillé par le Charibah représentant les forces mystiques et proscrits de se peuple. Ils vivent sous forme de minuscules tribus d'une vingtaine de personnes. Les hommes de ces tribus sont pour la plupart des guerriers du désert, les femmes se chargeant de l'intendance. Étant donné la nature indépendante de chaque être, les Kheijans ont élu un Conseil de quatre représentants, afin de s’assurer que le Cheikh ne mettent pas ses propres ambitions en avant-plan. Le Conseil est formé de deux grands guerriers, les Pachas, et de deux érudits, les Vizirs. Ils se réunissent à chaque année, afin de discuter de leur prochaine destination, ainsi que du commerce de chevaux sauvages, leur seul contact avec le monde extérieur.

    Les Pachas
    Les pachas sont les guerriers et les gardes de ce peuple. C'est le Cheikh qui s'occupent d'eux par son pouvoir. Symbolisant la force de ce peuple, ce groupe est le plus nombreux de tous. Ils se distinguent par le tatouage en forme des trois doigts levés représentant chacun: Aon, le Roi-Soleil et le Cheikh. Ceux-ci forment la défense Kheijanne, ils ont comme tâches de veiller à ce que leur territoire soit protégé des visiteurs sans raisons, que les peuples aient nourriture, eau et vêtements, de voir à ce que les désirs du Dieu-soleil ainsi que ceux d'Aon soient accomplis. Parmis les purs guerriers, il sera choisi deux pachas représentant ceux-ci.

    Les Vizirs
    Ce sont les érudits de ce peuple sous la direction du Grand Vizir. Ils sont aussi mystérieux, interprétant les visions, prophéties, signes et autres, mais de plus possèdent la marque du doigt dans le front représentant le doigt d'Aon. Ils sont considérés comme les plus grands superstitieux de ce peuple, recherchant tous les signes pouvant aider leur peuple. Parmi ces Vizirs, deux seront du conseil, choisis par le grand Vizir. Le grand Vizir, n'étant pas dans le Conseil, a comme tâche d'aider ces Vizirs dans leurs recherches, mais de plus, voir aux rites de ce peuple. Les rites sont souvent issus des Vizirs qui sont ensuite proposés par le Grand Vizir suite à des visions du Roi-Soleil. Possédant un statut politique élevé, ils sont souvent écoutés pour entendre les prédictions, visions de ce groupe.

    Les Thaumaturges (interdiction: enchanteurs et ce qui les entoure, mage de bataille)
    Ces êtres sont doués du pouvoir de la magie ayant brisé la tradition du Kajirabah, certains sont nommés les pûrs, dû à leurs pouvoirs régénérateurs et d'autres les impurs représentant le côté obsure de leurs pouvoirs. Portant le symbole de la main sous le front, ce signe représentant la main de leurs frères qui les rejètent et les évitent sous toute les formes. Vivant ensemble, à l'écart des autres, dû a leurs pouvoirs. Peu de gens sont issus de ses pouvoirs et seul le Charibah, choisi parmi se groupe, peut accepter un membre par un rite d'initiation. Les autres, n'étant point membre de se groupe, voient leur pouvoir diminué, voire inexistant dû à une force ou malédiction du Roi-Soleil.

    Étant donné de leur statut et de la solitude, ils n'ont aucun droit politique, opinion ou autre, mais c'est parmi ce clan que sont choisis les Karijahm les inquisiteurs royaux, surveillant les utilisation de la magie dans ce peuple. Être thaumaturge est vivre la solitude et vivre parmi ce groupe à jamais.


    Physique a écrit:
    Les Kheijans ont la peau foncée, rugueuse et tannée par l’impitoyable Soleil du désert. Les Hommes des Dunes ont les cheveux foncés ou de couleur sable. Chez les mâles, le port de la moustache et de la barbe courte est fréquent, puisque c’est un signe de maturité. La femme doit porter le voile devant tous, sauf son mari. Les couleurs les plus fréquentes sont le blanc, le noir, le brun et le jaune. Ce sont de grandes personnes, assez minces, mais aux larges épaules. Souvent, ils portent des tatouages au visage ou sur le torse. Tous portent un aba, une large tunique les protégeant du climat changeant du désert, ainsi qu’un kieffeh, un haut turban.


    Coutumes a écrit:
    L'eau est pour eux sacrée, même s'ils sont aptes maintenant à trouver l'eau comme bon leur semble grâce à leurs voyages, ils sont longuement demeurés dans les contrées désertiques où l'eau était précieuse. Plusieurs rites et rituels Kheijans impliquent de l'eau d'une manière ou d'une autre, mêlant respect et crainte. La concentration et la détermination des Kheijans est légendaire, leur volonté est incessamment testée dans leur société.

    Les femmes sont souvent surprotégées et ont tendances à être mises de l’arrière lorsque la situation devient critique. Une femme qui démontrera une forte indépendance et un contrôle de soi pourra, par contre, facilement être remarquée et respectée par le peuple, tout en continuant ses tâches de femme. Les postes clés leurs sont ouverts, mais ont tendances à être assumés par des hommes. Les femmes ne choisissent pas mari elles-mêmes. C’est au père de cette dernière que revient cette lourde tâche. Le combat est un art au sein de leur peuple. Plusieurs spectacles et rites mettent en scènes des batailles grandioses. Les guerriers sont donc les personnages les plus répandus, et ils manient le sabre avec une agilité et une force exceptionnelles.

    Durant l’adolescence, chaque Kheijan devra effectuer son El a’sarad, une quête consistant à partir plusieurs mois dans le désert, seul, et de survivre à ses dangers. Certains adolescents franchissent même les limites du désert et explorent les contrées des autres civilisations. La méditation et la prière est un moment sacré de leur journée, ils en profitent pour faire le vide et renouer avec eux mêmes. Les Kheijans tentent de ne pas s'attacher ce qui pourrait être néfaste. Étant très superstitieux, ils interprètent de nombreux signes comme positifs ou négatifs.


    Role Play a écrit:
    Renfermés et superstitieux, les Kheijans n'aiment pas la magie, plus par crainte que haine, ils sont des voyageurs, ne restant jamais réellement au même endroit très longtemps, afin de ne pas affecter des innocents par leur malédiction. Ils sont très superstitieux et s'attachent à toutes les formes de signes. Fervant religieux, ils croient dur comme fer à Aon et au Dieu-Soleil ce qui fait en sorte que les autres cultes sont quasi-inexistants voir inexistants.

    Un Kheijan n'a que faire des biens matériels, aucun Kheijan n'aura d'intérêt pour les richesses ou n'en accumulera sous quelconque forme, car selon eux ils corrompent l'esprit et mènent au Hiradjal, la destruction de l'âme. Ils visent à se détacher de toute attache mortelle afin de peut-être un jour pouvoir atteindre le Voriasham, l'illumination les libérant de la malédiction. Tout ce qui n'est pas directement indispensable, comme un outil ou une arme, leur est inutile, ils préfèrent l'efficacité que le beau. Quelqu'un ayant trop de biens matériels se verra placé en ostracisme rapidement par les siens, ne voulant pas être " infectés ".

    Les Kheijans sont des personnes fières, méfiantes et extrêmement indépendantes. Ils adorent parcourir les sables du désert et sont maladroits, quoique enthousiastes, sur un autre type d’environnement. Leur clan passera avant tout autre chose, et souvent, ils donneront leur vie afin de défendre le camp contre les monstres pillards et les inconnus.

    Il n'est pas rare de retrouver des voleurs et assassins parmi les gardes les plus fidèles envers le peuple ou parmi le peuple, car ceux-ci sont acceptés par la population, défendant le territoire tout en dérobant nourriture, bijoux et armes de ceux entrant trop dans le territoire, pour ensuite les échanger sur le marchés noirs pour apporter nourriture, vêtements et animaux aux Kheijans. Ils sont considérés comme des marchands et gardiens par ce peuple, mais pour certains ils sont tous simplement des voleurs comme tous les autres. Un voleur Kheijan n'ira jamais voler son propre frère au risque d'aller à l'ostracisme et perdant la porte d'Aon dans son royaume.


    Rituels a écrit:
    Tous les rituels sont des rites suivis d'étape en étape pour un Kheijan. C'est pourquoi que ces rituels doivent être demandés par le Grand Vizir pour faire le suivi. Certains demanderont par présence des Vizirs, tandis que d'autres le Grand Vizir lui-même.

    Kas-Wan, le rite du passage
    C'est une tradition qui fait des Kheijans une race très forte. Dans ce rituel, à sa dixième année, un enfant doit survivre 8 lunes, seul et sans provisions, dans le désert. Son nom lui est donné à son retour par le Vizir, après consultations des volontés d'Aon.

    Rituels liés au mariage
    La première cérémonie majeure liée au mariage concerne la femme kheijanne: c'est l’âge des Compagnons qui a lieu à ses 15 ans. À ce moment, sa famille lui offre un collier, jinaq, qu'elle doit porter afin d'indiquer qu'elle est en âge de trouver époux. Lorsque deux amoureux se déclarent, l'un dit à l'autre les mots "mon eau est à toi". L'élu(e) répond "notre eau ne fait qu'un" ce qui scelle les vœux de mariage.

    Le mariage doit se dérouler au domicile du père de la mariée, qui porte une robe de mariage rituelle. Le marié porte un uniforme s'il est militaire, ou une tenue traditionnelle. L'union se fait sous l'approbation du Grand Vizir, gardien de la volonté d'Aon. Pour compléter la cérémonie, les deux époux doivent dirent "Telle était la volonté d'Aon".

    Rituel de l'eau lors de la mort
    Le rituel de Mort a lieu lors du décès d'un compagnon. Les yeux du défunt demeurent grands ouverts, tandis les autres laissent échapper une puissante clameur. D'après les croyances, cette clameur est destinée à prévenir Aon de l'arrivée imminente d'un de ses Élus. Puis l'eau du défunt est recueillie précieusement par la tribu et donnée à sa famille.

    Mauk-to 'Vor, le rite de l'honneur
    Cette cérémonie est destinée à restaurer l'honneur d'un individu, qui se doit de tuer la personne à l'origine de son déshonneur au cours d'un combat rituel.

    Maj-Qa, l'ascension
    C'est une des plus importantes cérémonies à laquelle un kheijan de sexe masculin peut espérer avoir l'honneur de participer. L'élu doit demeurer pendant 1 lune dans l'ancienne ville sacrée, où règne une chaleur insoutenable. Cette chaleur est supposé provoquer des visions, d'une importance capitale - par exemple la vision d'une personne morte depuis longtemps. Certains rapportèrent même avoir eu la vision d'Aon en personne !


    Valeurs a écrit:
    Conservateur
    Marchandeur
    Impulsif
    Voyageur
    Élitiste
    Fraternel
    Matérialiste
    Malfrat
    Solitaire
    Crainte de l'ésotérisme

    Relations a écrit:

    Daelwenas - Neutre
    Drakans - Neutre
    Gorlaks - Neutre
    Hastanes - Bonne
    Kardars - Neutre
    Mortanyss - Neutre
    Nalkiris - Neutre
    Nargoliths - Bonne
    Nébulix - Mauvaise

    Langage a écrit:

    Bonjour: Kosh
    Aurevoir: Hestran
    Merci: Sifadj
    Positif: Vay
    Négatif: Ket
    Ami: Mathal


      La date/heure actuelle est Mer 26 Sep - 5:38